D'après cette enquête, le distributeur Prowell contacte des chirurgiens et des diététiciens afin de favoriser la vente de ses compléments alimentaires aux personnes qui ont subi une telle chirurgie gastrique. Les médecins et les professionnels qui l'acceptent peuvent recevoir 20% du montant payé par le patient.

Cette pratique n'est absolument pas éthique car le patient n'a pas de liberté de choix, a réagi l'association des diététiciens flamands.

La ministre Maggie de Block "laisse l'administration enquêter" sur ces agissements, a ajouté son porte-parole.