La radiothérapie et le cisplatine demeurent le traitement standard du cancer oropharyngé positif au HPV à faible risque

Dans cette étude de phase III, multicentrique (32 centres en Irlande, aux Pays-Bas et en Angleterre), randomisée, en ouvert, 334 patients atteints d'un cancer oropharyngé positif au HPV à faible risque ont été traités par radiothérapie (70 Gy en 35 fractions) et soit par cisplatine administré par voie intraveineuse (100 mg/m² les jours 1, 22 et 43 de la radiothérapie) (166 patients), soit par cétuximab administré par voie intraveineuse (dose de charge de 400 mg/m² suivie de sept perfusions hebdomadaires de 250 mg/m²) (168 patients).

La suppression de la fonction ovarienne améliore l'effet du tamoxifène chez les patientes préménopausées atteintes d'un cancer du sein

Lors de cette étude multicentrique, 1 282 femmes préménopausées (âge < 45 ans) atteintes d'un cancer du sein positif aux récepteurs d'oestrogènes et présentant une fonction ovarienne avérée, après résection chirurgicale, ont été traitées, de manière randomisée, soit pendant cinq ans par tamoxifène seul (groupe " TAM seul " = 647 patientes), soit pendant cinq ans par tamoxifène en combinaison, pendant deux ans, avec une suppression de la fonction ovarienne sous forme d'administration mensuelle de goséréline (groupe " TAM + OFS " = 635 patientes).

524 patients concernés par l'oncofreezing en 2018

Selon l'Inami, en 2018, 524 patients, 177 femmes et 347 hommes, ont déjà fait congeler leur matériel reproductif. Un chiffre vraisemblablement lié au fait que depuis 2017, cette technique est intégralement remboursée. La ministre De Block a débloqué 4 millions par an pour ce faire.

Rôle des cellules T régulatrices dans la prévision de la rechute du cancer du sein

Les résultats d'une étude fondamentale fournissent des informations importantes sur la relation entre les cellules T régulatrices du sang périphérique et les lymphocytes T régulateurs intratumoraux, et soulignent la réactivité de la signalisation des cytokines en tant que déterminant clé du potentiel immunosuppresseur intratumoral et des résultats cliniques.

Mediforum :

Le traitement du mélanome a fait un grand bond en avant

Lors d'une session éducative organisée par Bristol-Myers Squibb à Louvain le 3 septembre, le Professeur Bart Neyns, responsable du département d'Oncologie médicale de l'UZ Brussel, a commenté les progrès réalisés dans le cadre du traitement du mélanome au cours des dix dernières années.

Newsletter

Abonnez-vous à nos newsletters

Belgian Oncology & Hematology News