Déformation professionnelle

Pauline Schaffner

Les universités de médecine se remplissent chaque année de jeunes idéalistes prêts à sauver le monde. Et chaque année, en sortent des cohortes de cyniques dépressifs et vieillis prématurément. Ce n'est même pas moi qui le dit : on retrouve plus de 27 % de dépressifs chez les étudiants en médecine, et il a été démontré que leurs télomères raccourcissent six fois plus vite que le reste de la population.

Quelques suggestions pour le futur ministre de la Santé

Dr Jacques de Toeuf

La législature qui s'annonce rencontrera d'énormes difficultés tant de pacification au sein du pays que de nature financière. Il n'est peut-être pas inutile, de la part d'un vieux briscard, de formuler quelques recommandations au futur ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, dont la mise en place devrait pouvoir s'étaler sur la législature.

Article du magazine

Soins de santé : un mille-feuille de marchés captifs

Dr Jean Creplet

Yuval Noah Harari affirme que les sociétés humaines fondent leur gouvernement sur un ordre intersubjectif né dans l'imagination de créateurs de mythes et de conteurs captivants (jdM n° 2581). Les soins de santé n'échappent pas à cette réalité. Sauf que les conteurs s'appellent désormais présidents de partis, législateurs, ministres, hauts fonctionnaires, gestionnaires d'hôpitaux, chercheurs ou encore, plus proches du terrain, présidents des syndicats et associations de médecins, de soignants ou de patients.

Article du magazine

Les données génomiques au-delà de la science

Karolien Haese

Le 10 mai dernier, le Vif l'Express publiait le " Plaidoyer pour un screening de la population sur les cancers héréditaires ", du Pr J. de Greve, invitant le gouvernement à utiliser le séquençage génomique généralisé pour une politique de prévention ciblée sur certains types de cancer.

A l'Absym, il faut tout changer pour que rien ne change*

Henri Anrys

On a assez répété qu'il était extrêmement difficile pour les leaders des syndicats médicaux vieillis de passer le relais faute de candidats. Pourtant, dès que Jacques de Toeuf eut annoncé qu'il ne serait pas candidat pour succéder au Dr Moens à la fin de son mandat, ont émergés des candidats de talent, aussi compétents, expérimentés et impliqués les uns que les autres. Il a fallu négocier entre les chambres syndicales pour choisir celui qui serait élu par le conseil d'administration.

Arrêter un traitement qui n'a plus de sens, pour que mort s'ensuive

Dr Jean-Louis Vincent

La presse a largement discuté récemment le cas de Vincent Lambert et de l'arrêt d'un traitement qui n'a plus de sens. Certains ont parlé d'arrêt des soins, un terme qui m'irrite personnellement, car les soins ne devraient jamais être arrêtés, quel que soit le contexte.

Salaire des médecins : je ne paierai pas le prix de la médiocrité !

Michel Mahaux

J'ai écouté avec attention et intérêt le débat organisé le jeudi 23 mai sur la première dans le cadre des élections du 26 mai. Il mettait en présence les représentants de 3 partis politiques (MR, PS et PTB), Jacques de Toeuf et Jean Hermesse et portait sur l'accès aux soins de santé.

Article du magazine

Confiance, respect et hypocrisie : le fossé se creuse

Dr Gilbert Bejjani

Nul ne niera le gaspillage de ressources en soins de santé, des examens voire des hospitalisations évitables, et nul ne niera, à l'observation des chiffres, que les honoraires affectés par l'Inami pour certains actes ou consultations sont parfois ridiculement bas. Il y a aussi les critiques, plus ou moins justifiées, plus ou moins constructives, d'un système de santé solidaire, financé par tous et pour tous, accessible et de bonne qualité, mais qui est fragmenté, peu efficient et qui oublie la place du patient. Enfin, il y a le défi de réussir la couverture des besoins, et une médecine vraiment intégrée.

La loi du tube de dentifrice

Guy Tegenbos

Maintenant que les élections approchent, il ressort soudain que presque tous les intéressés du secteur de la santé et du bien-être sont mécontents de la répartition actuelle des compétences entre l'Etat fédéral et les entités fédérées.

A coeur vaillant, rien d'impossible

Dr Pascale Frère

La pratique de l'art de guérir s'inscrit toujours dans le contexte humain, social, économique et politique de son époque. Il n'est donc pas étonnant de constater que la médecine occidentale actuelle est technologique, pléthorique, déshumanisée et frénétique. Force est de constater que cela génère une grande souffrance parmi le monde du soin conventionnel. A l'instar d'autres secteurs de notre société, le monde hospitalier et du soin en général traverse une crise profonde. Cependant, en chinois, le mot crise comporte deux idéogrammes: un premier signifiant danger ; un second voulant dire opportunité.

Les femmes, trop compliquées à soigner ?

Pauline Schaffner

L'une des premières information dont un médecin a besoin pour prendre son patient en charge, c'est son sexe. Cette donnée est capitale, à la fois dans l'élaboration du diagnostic différentiel mais aussi dans l'interprétation des examens complémentaires (dosage hormonaux, anémie, etc.). Néanmoins, on néglige souvent l'importance de ce paramètre dans la prise en charge thérapeutique.

Démocratie

Geert Verrijken

Le congé de Pâques est derrière nous, la dernière ligne droite avant les élections régionales, fédérales et européennes a donc commencé. Dans les semaines à venir, Artsenkrant et jdM donnent la parole aux principaux partis politiques.

Concours de l'été: gagnez un voyage pour deux au Chili

Durant cet été, le jdM publiera quatre récits de voyage sur l'Amérique Latine. A la suite de chaque article, une question. Répondez aux quatre questions qui se trouveront dans ces éditions et vous aurez peut être la chance de vous envoler pour le continent latino américain. Cette année, tous les lecteurs peuvent participer à notre grand concours de l'été. Et si vous êtes membres du Club du journal du Médecin, vous aurez la possibilité de jouer cinq fois. Suerte!

Le Prix Galien couronne des innovations dans le traitement du cancer

Mardi soir, le Prix Galien 2018 a été décerné pour la 37e fois consécutive en présence de Maggie De Block, ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, et de Jo De Cock, administrateur général de l'Inami. Les lauréats récompensés cette année par les jurys offrent des avancées thérapeutiques innovantes aux patients.